Les poissons ne ferment pas les yeux, d’Erri de Luca

Les poissons ne ferment pas les yeuxC’est l’histoire de …
Chaque été, la petite famille vient passer quelques semaines dans la douceur de l’ile que l’on sent toute proche de Naples. Le garçonnet de la famille est solitaire, ayant goût à flâner, à accompagner les pêcheurs et leurs filets. Il fait doux. Il fait chaud.
Cet été-la, tout est un peu différent car le père a suivi son idée d’exil. Il est à New-York, sa deuxième patrie.
Sur la plage, une petite fille lit, se baigne selon un invariable rituel. D’autre garçons jouent bruyamment, sommairement.
La fillette vient lui parler … Et aussi bizarre que cela puisse être pour notre petit homme, ce sera bien agréable. Sa personnalité, et cette rencontre engendreront bien des conséquences …

20120628-231708.jpgCe que j’en ai pensé …
La lecture de ce roman m’a emplit d’une douce chaleur : celles des îles, de l’enfance et de ses tendres préoccupations.
Nos deux protagonistes sont attachants au possible malgré l’économie de mots. Mais les regards sont là, l’innocence aussi. Immédiatement également, l’adversité, les jeux, la cruauté, la difficulté de la différence. Le personnage de la mère est d’un très grand calme, attentive, bienveillante, toute en retenue. Erri de Luca a fait naître dans mon cerveau beaucoup d’émotions et de sensations et cela fait un bien fou ! Merci …

Aux éditions Gallimard.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s