La vérité sur l’affaire Harry Quebert, de Joël Dicker

La vérité sur l'affaire Harry QuebertC’est l’histoire de …
Marcus Goldman est drôlement intelligent, sacrément drôle … et beau par dessus le marché … Il est écrivain et son premier roman a remporté un énorme succès. Cependant, après avoir « chanté tout l’été », il est temps pour Marcus de se remettre à écrire. Le temps presse. Mais là, ouille, la machine ne repart pas. Syndrome de la page blanche.
C’est alors que Marcus pense à se réfugier chez le grand écrivain Harry Quebert, son mentor depuis l’université. Il le rejoint dans sa magnifique maison de Goose Cove à Aurora. Quelques semaines plus tard, ce même Harry Quebert est accusé de l’enlèvement et du meurtre de Nola Kellergan, jeune fille de 15 ans, disparue plus de 30 ans auparavant. Nola est d’ailleurs le grand amour d’Harry Quebert. N’écoutant que son amitié pour son vieil ami, Marcus se précipite à Aurora, fermement décidé à sauver l’honneur d’Harry …

20120628-231653.jpgCe que j’en ai pensé …
Ce roman est polymorphe. Il est tout d’abord un polar très bien ficelé.  Les rebondissements sont légions. Le coup de théâtre n’est jamais bien loin. L’auteur nous balade entre les différentes découvertes qui jalonnent le roman et nous amène vers une fin tout à fait inattendue.
Ce roman évoque également la difficulté à oser être soi-même tout en assumant ses faiblesses et l’éventualité de ne pas être à la hauteur de ses ambitions. Toujours en légèreté, « La vérité sur l’Affaire Harry Quebert » est servi par un humour décapant et l’on se surprend régulièrement à ricaner avec Marcus.
Au-delà du polar, du roman d’initiation, une réflexion sur notre système médiatique prompt à s’emballer, à accuser ; sur ce qu’est devenu le monde de l’édition niche dans ce texte. Joël Dicker n’est pas dupe et fait en sorte que nous ne le soyons pas non plus.
Enfin, la plume de Joël Dicker est redoutablement efficace. Tout y est : construction millimétrée, finesse, humour, réalisme matiné d’un brin de cynisme.
Gageons que ce roman sera sous bon nombre de sapins demain soir et c’est une excellente nouvelle !
Et vous, l’avez-vous lu ? Avez-vous pu vaquer à vos occupations normales sans penser à retrouver au plus vite ce roman ?

Aux éditions de Fallois / L’Âge d’Homme.

Publicités

8 réflexions sur “La vérité sur l’affaire Harry Quebert, de Joël Dicker

  1. Bonjour,
    J’ai dévoré ce bouquin l’année dernière. Je l’ai adoré.
    Difficile de vaquer à d’autres occupations quand il était fermé, j’avais l’impression que ce roman était « le réel »…Je me suis vraiment accrochée à tous les personnages. Avec ce genre de livre, arriver à la fin est toujours un déchirement.
    Si tu connais d’autres titres dans le « même genre »… suis preneuse 🙂

    1. Bonjour et bienvenue à toi :-). Difficile dans le genre de « La Vérité sur l’Affaire … » parce qu’il est un camaïeu de styles de livres ! Dans le genre Polars qu’on ne peut pas lâcher, j’ai lu « Juste une ombre » de Karine Giebel l’été dernier et je ne pensais qu’à le retrouver ! Je pense que « Les apparences » sont du même genre même si je ne l’ai pas encore lu … Sinon quels autres genres de romans ? Cela m’aidera 🙂 A très vite !

      1. Bonjour, merci de l’accueil.
        En fait, côté genre, c’était plutôt le côté “immersion sociale” (grrr dur d’expliquer…). Le fait de se retrouver avec une galerie de personnages dans un petit bled (par exemple, j’ai trouvé un peu le même genre avec le “Une place à prendre” de JK Rowling).
        Maintenant, c’est vrai que le ton et le style joue aussi.
        Pour “cette affaire”, je pense que je le prends plus comme un roman “social” plutôt que comme un thriller… même si évidemment, l’enquête est au centre de tout.
        Oui, il y a une enquête, mais ce qui ressortait le plus (pour moi), c’était l’interaction des personnages et tout ce qui a construit, a amené au “drame”.
        Merci de ta réponse! J’ai les apparences dans ma Pile à Lire. Karine Giebel, je n’ai pas encore lu, mais j’en ai vu du bien. (Je note)

        1. Je comprends très bien. As-tu lu « La poursuite du bonheur » de Douglas Kennedy ? Une intrigue, des personnages bien trempés et attachants, l émancipation des femmes, la chasse aux sorcières, un sacré cocktail ! Lu ou plutôt dévoré il y a quelques années, ce roman est toujours ds ma tête 🙂

          1. Oui!!! c’était mon premier Douglas Kennedy (le second m’a moins emballé en fait). Je l’avais trouvé assez passionnant aussi!
            Bon par contre, je pense que je mets “Harry Québert” encore au dessus 🙂
            Merci du conseil tout de même!

                1. Bonjour Valériane, j’y pense, j’ai lu il y a peu « Cette main qui a pris la mienne » de Maggie O’Farrell. Très bon moment, l’auteur nous fait suivre des personnages à deux époques différentes : modes de vie, événements personnels ; jusqu’à ce que le lien entre les deux histoires se tissent. Très différent du Joël Dicker mais plutôt prenant et des personnages attachants que l’on a pas envie de quitter (même si l’auteur ne l’entend pas de cette oreille :-)). J’en parlerai très vite sur le blog.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s