Les séparées, de Kéthévane Davrichewy

C’est l’histoire de
Alice s’attable à une terrasse de café. Nous sommes le 10 mai 2011. En feuilletant son news magazine retraçant l’épopée mitterandienne ; elle se remémore. Des fragments de vie, ses joies et tourments qu’elle a partagés avec Cécile, son amie aujourd’hui perdue, égarée : la découverte de l’amour, les rêves fous, la maison de Sollieres …
Ces deux amies ont été séparées, se sont séparées, ont fui leur parcours commun.
À quelques pas de la, Cécile est toujours immobile dans son lit d’hôpital, cédant au coma. Elle revit aussi ces souvenirs : son frère tant chéri, Philippe, ses errements amoureux, la difficulté de vivre, la solitude, la « rupture » avec Alice …

Ce que j’en ai pensé …
Pour savoir si Alice et Cécile se retrouveront, et comprendre cette séparation, il faudra lire ce court roman Mesdames, Messieurs, il en vaut la peine.
Il est bien construit : nous remontons tranquillement le fil de l’histoire, jusqu’à la rupture, jusqu’aux non-dits. Chaque chapitre apporte son lot de surprises, d’indicible, de remise en questions. Le style est fluide, rationnel, s’accélère puis se ralentit pour relater. L’autopsie de cette relation est pudique,  evoquant les moments clés et les remords qui les accompagnent. Ce qu’on aurait du dire et que l’on a pas dit (et l’inverse), les bras que l’on aurait du ouvrir et qui sont restés ballants. Kéthévane Davrichewy nous guide entre les morsures, les bassesses et les élans qui ont réalisé le destin de cette amitié.

Aux éditions Sabine Wespieser.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s