Le Parisien, de Thomas Lélu

C’est l’histoire de …
Pour se mettre en jambes, direction la quatrième de couverture où l’auteur nous annonce fièrement que son héros (lui-même ?) a 33 ans et demi et qu’il n’a plus de cerveau.
Première remarque : bel effort de réalisme !
Je confirme : il n’a plus de cerveau.
Et là, une question insidieuse et sournoise s’insinue dans ma petite cervelle de blonde : mais où diable peut-il l’avoir perdu… Chez Régine ? En regardant “Faites entrer l’accusé” ? La question reste entière … Hum … Si vous avez des idées, faites-moi signe ! Je vais quand même vous en dire un peu plus sur ce livre qui traite, selon l’auteur, de la “passion amoureuse et de ses effets désastreux sur l’organisme”.
Oui, parce que l’amour, quand même, c’est pas facile : parfois c’est dur et parfois c’est bien. On s’adore, on se manque, on se détache, on se déteste…
Et puis, il y a le sexe, et ça, c’est bien … Ôh oui Ôh oui, c’est très très bien (bon, ok, je vous vois d’ici … et je suis d’accord, on ne va pas lui jeter la pierre !).
Avec toutes ces émotions qui se chamaillent et lui chatouillent le cortex, la vie de notre Parisien est une vraie galère, je ne vous dis pas … ou plutôt si, je vous dis !
Il a envie d’être avec sa Chloé chérie puis plus … Et elle, la coquine, elle lui envoie des textos.
Alors, lui, il est tout perdu mais attention, il va quand même à la salle de sport en ayant préalablement enfilé un petit jean et un joli tee-shirt à manches longues.
En s’y rendant, il se dit que le ciel est bleu.
En sortant de la gym, il passe d’abord chez Colette où il bisouille la vendeuse (faut pas exagérer, notre héros est ok pour y perdre son latin, pas pour y perdre la hype attitude).
Puis il va s’approvisionner chez Monop’ où il achète de quoi préparer des crevettes à l’ail accompagnées de riz sauvage ; car Chloé renie les protéines animales depuis quelques semaines. Et force est de constater que cela lui réussit : elle est plus élancée, a l’oeil vif et le poil brillant ! Et le soir, il va au Baron ou au Paris Paris. Là, il rencontre Ariel (Wizman … enfin !) qui mixe. Ils discutent un peu, et vraiment, décidément il est trop sympa cet Ariel, ils devraient se voir plus souvent.
Ou alors, parfois, c’est Jérémie qu’il rencontre, qui lui aussi, décidément, est vraiment trop sympa.

Ce que j’en ai pensé :
264 pages plus tard … on en est toujours là ! Je n’ai pas dû comprendre ! Help !

Chez Flammarion

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s